Visite du Musée de la Corse à Corte

Prévu dans l’axe 2 du projet, l’état des lieux archivistique visant à améliorer la diffusion web du patrimoine sonore conservé au sein du Repertorium VOCE (CNCM VOCE) s’est mis en place lors de la première mission en Corse en Mars 2022. La découverte des archives sonores à Pigna avec la famille Casalonga s’est prolongée avec une première visite à Corte où l’équipe CO S-A a pu visiter le musée de la Corse le 17 mars et rencontrer le personnel ainsi que le responsable de la phonothèque, Damien Delgrossi.

Archives du fonds CNCM Voce conservé au Musée de la Corse

Cette première rencontre informelle a permis d’envisager une collaboration autour des recherches et de la valorisation du patrimoine musical et culturel de la Corse. L’accueil fut très positif et constructif, et les perspectives sont nombreuses et encourageantes.

Le fonds du CNCM Voce est conservé dans les réserves du Musée, parmi d’autres collections d’archives sonores collectées en Corse sur divers supports analogiques et numériques, des disques et des partitions.

Un patrimoine vivant à valoriser

Archives sonores du CNCM, Musée de Corte
Cassettes analogiques et numériques du fonds CNCM Voce

La phonothèque du Musée est en pleine restructuration et la future base de données en ligne est en cours de livraison. La phonothèque compte un fonds musical et patrimonial de plus de 2 200 heures d’enregistrements sonores, des reportages vidéos sur le musical, une cinquantaine d’instruments anciens et des documents graphiques. L’objectif est d’accueillir des fonds sonores et de promouvoir des enquêtes ethnomusicologiques afin de les faire connaître à différents publics. Le fonds du CNCM Voce est conservé dans les réserves du Musée, ainsi que des partitions anciennes.

Actuellement, les archives sonores du CNCM Voce sont accessible librement sur : https://repertorium.voce.corsica/

Archives sonores de Corte
Lecteur de fil magnétique du musée de Corte (ancêtre du magnétophone à bandes) rapporté des USA par un collecteur corse. Première moitié du XXème siècle.

Les collections de la Phonothèque du musée

On peut lire cette présentation sur les murs du Musée:

“En Corse, la musique traditionnelle est bien vivante et constitue l’expression privilégiée de notre île. Elle exprime la vie quotidienne et reflète l’homme dans sa globalité. Quand les veillées autres occasions prétextes aux chants et à la musique se firent plus rares, arrivèrent des chercheurs passionnés par le sujet, qui ont recueilli une large part de notre patrimoine oral, et cela avant la disparition des derniers témoins. (…)”

La phonothèque conserve 2200 heures d’enregistrements :

  • Archives anciennes (fils magnétiques, 78 tours) ;
  • Collectages (cassettes, bandes magnétiques) des ethnomusicologues Quilici, Laade, Römer et de nombreux particuliers ;
  • Collectages effectués par la phonothèque du musée de la Corse depuis 1991 (DAT, fichiers numériques, minidisques et vidéos de format professionnel) ;
  • Disques vinyls 45 et 33 tours, compacts – disques édités.

Quatre grands thèmes sont consultables :

  • CANTI PULIFONICHI, Chants polyphoniques. Des chants interprétés à plusieurs voix ;
  • MUSICHE STRUMENTALE, Musiques instrumentales transmises principalement par tradition orale;
  • TESTIMUNIANZA È SPRESSIONE SONORE, Témoignages et expressions sonores ;
  • CANTI MONODICHI, Chants monodiques. Des chants interprétés à 1 voix, accompagnés ou pas d’un instrument de musique.

L’équipe de CO S-A

Photos : J. Simonnot

En couverture : Douche sonore de la salle “Musiques corses” du Musée de la Corse.

Recrutement CCD 3 mois Analyse de données culturelles

Contexte :

Le projet [CO S-A] a pour objectif de mettre en place une collaboration durable entre le laboratoire PRISM – Perception, Représentations, Image, Son, Musique, la Phonothèque de la MMSH – Maison Méditerranéenne des sciences de l’Homme et le CNCM VOCE – Centre National de Création Musicale, Pigna, afin d’intensifier la réflexion musicologique sur les musiques orales, sur les humanités numériques et sur la pratique actuelle de ces répertoires. Pour mener à bien ce projet, il est nécessaire d’établir un inventaire sélectif des collections sonores et audiovisuelles collectées en Corse et archivées sur l’île, mais aussi hors de Corse. Cet inventaire permettra de rédiger des orientations pour une facilitation de l’accessibilité des archives et le respect des principes du FAIR.

Missions :

En vue d’améliorer la visibilité et la diffusion du Repertorium VOCE (fonds d’archive du CNCM VOCE/Pigna-Corse), il d’inventorier et répertorier, identifier, décrire et analyser ces archives dédiées à la musique corse. Il s’agira également de localiser les sources sonores (orales, musicales) existantes sur divers sites (Musée de la Corse, Pigna, Méditathèque Culturelle de la Corse et des Corses [M3C]/Université de Corse, UMR 6240 LISA ).

Plus particulièrement :

> La mission de l’agent sera de réaliser un inventaire et une analyse des archives sonores musicales du Repertorium du CNCM VOCA. L’inventaire précisera les conditions d’accès des collections, identifiera celles qui sont en ligne en précisant les droits associés à ces archives en prévision de réusages éventuels dans des cadres académiques ou non-académiques. Il s’agira également de pointer les contenus de cette base de données qui nécessite une mise en conformité en vue d’une migration dans un système interopérable et actuel. Il faudrait envisager des améliorations telles que la gestion du multilinguisme et l’ajout de contenus multimédias (vidéos, entretiens, conférences).

>La mission de l’agent sera également de réaliser une recherche documentaire sur le contexte de collecte. Cette recherche permettra d’introduire l’histoire de ce fonds et de ses collecteurs dans la future base de données.

> Avec l’équipe [CO S-A], l’agent évaluera les possibilités d’interopérabilité des données repérées avec les infrastructures institutionnelles, repérera les référentiels du domaine et envisagera les connexions à mettre en place pour une meilleure pérennité et visibilité de ces archives, ainsi que pour faciliter l’utilisation de ce patrimoine à des fins de recherche et de création.

> Avec l’équipe de [CO S-A], l’agent rédigera un rapport d’expertise précisant l’ensemble de ces données et envisagera des modes de valorisation : signalement des corpus à collecter en priorité, amélioration du contenu de la base de données à effectuer en priorité.

L’agent réalisera cette mission durant 3 mois et publiera ses résultats ainsi que des informations sur les activités du projet sur le carnet de recherche : https://cosa.hypotheses.org

Lieux de travail :

Phonothèque de la MMSH, 5 rue du château de l’horloge, 13100 Aix-en-Provence ;

Laboratoire PRISM (UMR 70651), 31 Chemin J. Aiguier, 13402 Marseille cedex 20,

CNCM Voce (Pigna, Corse).

Encadrement :

Véronique Ginouvès, Ingénieure de recherche hors classe, archiviste, responsable du Secteur archives de la médiathèque de la MMSH et Joséphine Simonnot (Ingénieure de recherche, PRISM UMR 7061).

Niveau d’embauche :

Ingénieur·e d’étude ITRF (grille de salaire en fonction de l’ancienneté et du niveau d’étude fonction publique EPST).

Employeur :

Fondation A*MIDEX – Initiative d’Excellence d’Aix-Marseille, Programme Investissements d’Avenir (PIA). L’objectif d’A*Midex est de développer le potentiel du site d’Aix-Marseille, en le dotant d’une recherche et d’un enseignement supérieur de rang mondial. A*Midex expérimente des actions innovantes en soutenant des projets visant l’excellence, articulés autour de cinq fonds : Attractivité – Recherche–International–Transfert–Formation. Dans le même sens, A*Midex soutient et accompagne les grands projets structurants du site Aix-Marseille tels que les Instituts Convergences, les LabEx et les Écoles Universitaires de Recherche, sélectionnés dans le cadre des programmes PIA.

Télétravail : Selon conditions particulières.

Durée du contrat : 3 mois (équivalent temps plein)

Condition particulière d’exercice : Déplacement éventuel en Corse ou présence sur place.

Début /fin du contrat :

3 mois entre fin Avril 2022 et janvier 2023 (possibilité d’organiser son temps de travail sur 50% sur une durée plus longue en fonction des règles de l’employeur)

Profil recherché :


Connaissances requises :

>Expérience en analyse de données culturelles et musicales et en organisation des données numériques. >Bonne connaissance des questions juridiques et éthiques et des principes FAIR.

>Intérêt pour les interactions entre musicologie et interdisciplinarités.

>Intérêt pour les humanités numériques et pour la veille d’informations.

>Une pratique musicale et des notions d’organologie seront appréciées.

>La connaissance de la culture et de la langue corse est nécessaire.

>Une connaissance d’une autre langue sera appréciée (italien notamment).


Compétences techniques :

>Connaître les méthodes de prospection et d’inventaire des sources historiques et culturelles.

>Utiliser les méthodes, outils de référencement et nomenclatures du domaine musical (particulièrement des genres et formes de la musique corse ou de tradition).

>Usage des tableurs, des traitements de texte, des logiciels audio ; mise en œuvre de techniques documentaires ; usage des réseaux sociaux.

>Connaissance du contexte institutionnel patrimonial local et national.


Savoir-faire :

>Capacité à travailler en équipe.

>Capacités rédactionnelles.

>Capacité d’analyse et d’organisation

>Rigueur dans le traitement des données.

Savoir-être :

>Sens du contact et de l’écoute, initiative et goût de la recherche

Profil du.de la candidat.e recherché.e :

>Formation supérieure en musique et musicologie et/ou en valorisation de patrimoines culturels immatériels, et/ou en sciences de l’information ou en humanités numériques appliquées au domaine musical.

>Solide culture générale et méditerranéenne.

Candidature : envoyer une lettre de motivation et un CV avant le 18 avril à :

veronique.ginouves@univ-amu.fr ; christine.esclapez@prism.cnrs.fr ; josephine.simonnot@cnrs.fr

Pastilles sonores dans Pigna – Valorisation du patrimoine immatériel et musical .

Contexte :

Le projet [CO S-A] a pour objectif de mettre en place une collaboration durable entre PRISM (UMR 7061), la Phonothèque de la MMSH et le fonds d’archives du CNCM VOCE (Pigna/Corse) afin d’échanger des compétences et des technologies, et d’intensifier la réflexion musicologique et anthropologique sur les musiques orales et la pratique actuelle de ces répertoires.

Programme de développement de balades sonore :

L’axe 3 de [CO S-A] a pour objet de maintenir et de stimuler l’activité culturelle et artistique existante, en lien avec l’activité économique. Dans ce cadre, [CO S-A] propose un programme de développement de balades sonores en concertation avec les acteurs du patrimoine corse afin qu’ils puissent y trouver leur intérêt par des retombées concrètes dans la vie locale.

Conception d’un prototype de pastilles sonores :

Le projet de pastilles sonores est inspiré par le projet de Loïc Guénin Sault ça s’écoute (aussi) de la compagnie Le Phare à Lucioles. [CO S-A] propose de transposer ce travail – initialement centré sur les petits commerces de Sault – aux artisans de Pigna. En effet, l’artisanat de Pigna représente une activité traditionnelle qui mérite d’être mise en valeur dans le cadre du projet [CO S-A] attaché aux archives : l’artisanat est une archive vivante de gestes et de savoir-faire. Outre la valorisation culturelle et économique du site, ces pastilles sonores seront l’occasion de développer des relations sociales entre les visiteur·ses et les artisan·es.  Chaque artisan·e participant au projet pourra proposer l’écoute d’une pastille sonore singulière.

Protocole artistique :

Il s’agit de passer quelques heures avec chaque artisan·e, pour se laisser immerger par l’atmosphère de travail dans l’atelier, faire des captations sonores des gestes artisanaux, échanger sur leur relation à la musique.

Les captations sonores seront réalisées avec un dispositif d’enregistrement binaural, qui permet, lorsqu’on écoute au casque, de percevoir l’espace sonore en trois dimensions. D’autres sons de très faible intensité seront captés avec un dispositif parabolique.

Un travail de composition musicale de type acousmatique s’ensuivra, mêlant les sons de pratique artisanale à des échantillons de musique de Balagne puisés dans le Repertorium Voce (libres de droits). Ce mélange de musique concrète et de musique traditionnelle s’inscrit dans l’objectif de [CO S-A] de recherche sur les pratiques de « réécriture » des patrimoines traditionnels, tout en valorisant l’activité culturelle et économique du site.

Intégration sur le site web du CNCM Voce:

L’écoute des pastilles se fera via une extension du site web du CNCM Voce/Travaux de recherche. Cette extension, « Pastilles sonores avec les artisan·es », sera accessible sur smartphone (web responsive), à partir d’un QR code affiché devant les boutiques d’artisan·es.

Planning :

Résidence du 14 au 19 Mars 2022 : RV avec les artisan·es de Pigna, explication du projet, premiers tests de prise de son. Réflexion sur l’intégration web.

Résidence du 19 au 23 avril 2022 : Captations sonores des artisan·es au travail.

Résidence du 7 au 11 Juin : livraison des pastilles sonores, échange avec les artisan·es et l’office de tourisme. Rédaction d’un compte-rendu d’expérience.

Caroline Boë, Compositrice-Artiste sonore :

Née en 1963 dans le Vaucluse, elle vit et travaille à Marseille (France). Compositrice dès 1987, depuis 2013 elle se consacre à la recherche-création en sound-art, et travaille actuellement sur une thèse de doctorat au sein du laboratoire PRISM (Aix-Marseille-Université / CNRS / Ministère de la Culture). Une première expérience de valorisation de l’artisanat des potières de Sejnane (Tunisie) à travers la création musicale (exemple à écouter ici) a suscité son intérêt pour les savoir-faire. Un prix SACEM de « valorisation de la musique symphonique » lui a été attribué à cette occasion.

CDD 7 MOIS : SUIVI DE PROJET ARTISTIQUE ET CONCEPTION D’UN PROTOCOLE DE BALADE SONORE BASÉ SUR LES ARCHIVES MUSICALES CORSE

Lieux de travail : CNCM VOCE de Pigna Corse, Laboratoire PRISM Campus Joseph Aiguiller Marseille, Phonothèque de la MMSH d’Aix-en-Provence, Télétravail.

Encadrement : Christine Esclapez, coordinatrice du projet [CO S-A], AMU/ PRISM (UMR 7061), CNRS INSHS (DR12). L’équipe projet [CO S-A] sera également en soutien à l’encadrement.

Niveau d’embauche : ingénieur·e d’étude ITRF / ou ingénieur·e de recherche (grille de salaire en fonction de l’ancienneté et du niveau d’étude fonction publique EPST).

Employeur : Fondation A*MIDEX – Initiative d’Excellence d’Aix-Marseille, Programme Investissements d’Avenir (PIA). L’objectif d’A*Midex est de développer le potentiel du site d’Aix-Marseille, en le dotant d’une recherche et d’un enseignement supérieur de rang mondial. A*Midex expérimente des actions innovantes en soutenant des projets visant l’excellence, articulés autour de cinq fonds : Attractivité – Recherche – International – Transfert – Formation. Dans le même sens, A*Midex soutient et accompagne les grands projets structurants du site Aix-Marseille tels que les Instituts Convergences, les LabEx et les Écoles Universitaires de Recherche, sélectionnés dans le cadre des programmes PIA.

Durée du contrat : 7 mois

Début /fin du contrat : 14 mars 2022 / 14 octobre 2022 (possibilité d’organiser son temps de travail sur 80 ou 60% sur une durée plus longue en fonction des règles de l’employeur)

Condition particulière d’exercice : Au minimum trois résidences d’une semaine en Corse sont prévues.

Profil recherché :

Compositeur – Artiste sonore expérimenté. Maîtrise des techniques d’enregistrement audio. Bonne connaissance des structures de bases de données. Expérience pratique du chant polyphonique corse. Expérience de conduite d’entretiens et de réalisation de documentaires sonores. Capacités rédactionnelles.

Bonne appréhension des sciences humaines et sociales.

La connaissance d’une autre langue que le français est requise, la connaissance de la langue corse est un plus.

Savoir-faire : capacité à travailler en équipe, capacité de suivi de projet artistique.

Savoir-être : sens du contact, rigueur, initiative, goût de la recherche.

Profil du.de la candidat.e recherché : Formation supérieure en musicologie orientée vers les processus de création et de re-création.

Pour répondre à l’annonce, envoyez une lettre de motivation et un cv à Christine Esclapez christine<dot>esclapez<at>univ-amu<dot>fr. Date limite de l’envoi de la candidature : 11 février 2022.

Crédits photographiques: Paysage de la Balagne, résidence au CNCM en juin 2021, CC-0.

[CO S-A] : un protocle exploratoire de recherche, création & action

 

L’objectif du projet de recherche [CO S-A] est de mettre en place une collaboration durable entre PRISM (UMR 7061), la Phonothèque de la MMSH et le fonds d’archives du CNCM VOCE (Pigna/Corse), déposé au sein du Repertorium Voce. Il s’agira, durant une année, d’échanger des compétences et des technologies et de connecter les richesses patrimoniales du territoire Corse avec les autres ressources de la région Sud. Il s’agira également, à moyen terme, d’intensifier la réflexion musicologique et anthropologique sur les musiques orales et la pratique actuelle et contemporaine de ces répertoires. Cette collaboration permettra également de valoriser et de maintenir de façon dynamique la proximité culturelle et historique entre la région Sud et la collectivité territoriale de Corse. Grâce au développement d’une relation durable sur le partage de fonds d’archives patrimoniales et immatérielles, l’équipe de [CO S-A] souhaite interroger les modalités de conservation et de recréation de ces archives, tout en favorisant des actions de recherche scientifique. L’objectif principal de [CO S-A] est, en effet, de questionner le réemploi (réécritures, recyclage, détournement, réinterprétation) de l’archive.

La problématique au cœur de [CO S-A] est d’interroger les conditions de « partage » et de « vie » de ces archives issues de pratiques en perpétuelle évolution et de cultures considérées comme orales, souvent catégorisées par opposition à la tradition musicale écrite. Souvent issues de la pratique improvisées, les musiques dites « orales » sont des traditions « vivantes », ouvertes à la réinterprétation et à la création, essentielles à conserver et à valoriser pour que le renouvellement de la tradition puisse advenir, mais aussi pour que nous puissions « nous comprendre mieux » (Ricœur) face à notre histoire méditerranéenne commune. L’archive est ainsi conçue comme une donnée « vivante » (Ketelaar, 2006, Derrida, 1995/2008, Russell, 2018) qui ne doit son existence qu’à l’espace fragile entre sa conservation et sa recréation ainsi que sa réappropriation par les utilisateurs (habitants, artistes, visiteurs). [CO S-A] fait l’hypothèse que les archives patrimoniales (issues de la tradition musicale orale) sont des répertoires ancrés dans le présent de la création contemporaine et que c’est cet ancrage qui, de façon récursive, leur permet de maintenir « vivante » la tradition dont elles proviennent.


Un protocole exploratoire en 3 temps.

Le projet [CO S-A] débutera concrètement en février 2022. L’équipe est composée de chercheur.es et/ou artistes : Christine Esclapez, Joséphine Simmonot, Véronique Ginouvès, Jérôme Casalonga, Jean-Marc Montera et Pierre Gambini.

Trois axes de recherche ont été dégagés. Ils réfèrent (1) aux interactions entre recherche, patrimoine et création, (2) à la valorisation du patrimoine immatériel et (3) au développement culturel et économique. Ces axes proposent la mise en action d’une méthodologie plaçant la création au centre d’un écosystème fondamentalement interdisciplinaire : de la recherche fondamentale à la recherche appliquée et en développement, mais aussi de la recherche fondamentale à la recherche « utile », c’est-à-dire ancrée dans des usages participant de l’élaboration du « commun » (Dardot & Laval, 2014).

AXE 1 : RECHERCHE, CREATION ET PATRIMOINE : juin 2022.

Organisation d’une résidence artistes/chercheurs dont l’objectif est l’observation in vivo d’un processus de patrimonialisation. Cette résidence artistes/chercheurs développera un travail de création basé sur le réemploi des archives du CNCM VOCE (disponibles sur Tela Voce et la Phonothèque du Musée de la Corse) ainsi qu’une analyse des processus de création (captations vidéos, entretiens).

AXE 2 : VALORISATION DU PATRIMOINE IMMATERIEL : de février 2022 à décembre 2022.

Il s’agira de réaliser un état des lieux archivistique visant à améliorer la diffusion web du patrimoine sonore conservé au sein du Repertorium VOCE (CNCM VOCE) ainsi qu’une expertise de l’existant afin d’établir une politique de conservation et de valorisation du patrimoine à moyen et long terme.

AXE 3 : DÉVELOPPEMENT LES ACTIVITES CULTURELLES ET ÉCONOMIQUES : d’avril 2022 à juin 2022.

Il s’agit de valoriser, auprès du grand public, les archives patrimoniales déposées dans le Repertorium VOCE et de favoriser une action locale auprès des artisans de Pigna. Ces actions prendront la forme de pastilles sonores réalisées avec les artisans et créées par un compositeur en Arts sonores.

Ce protocole en trois temps (recherche, création et action) se conçoit comme une première étape d’exploration ;  conçue au plus près d’un territoire, sur une échelle locale. Il est construit autour du partage des compétences des faire, des savoirs et des savoir-faire, de façon collaborative. Chercheurs et artistes pourront ainsi échanger leurs modalités d’action autour d’un « objet » de recherche parfaitement circonscrit : le fonds d’archives du CNCM VOCE.

Références bibliographiques

DERRIDA Jacques, 2002, « Archive fever in South Africa » dans Refiguring the archive, Cape Town, David Philip, p. 38–80 (uniquement les pages paires).

DERRIDA Jacques, 1995, Mal d’archive : une impression freudienne, Paris, Galilée, 154 p.

FARGE Arlette, 1989, Le goût de l’archive, Paris, Éd. du Seuil, 152 p.

KATZ Joel, 1991, « From archive to archiveology », Cinematograph, 1991, no 4, p. 93–103.

KETELAAR Eric (2006). « (Dé) Construire l’archive », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2006/2 (N°82), p. 65-70.

MECHOULAN, Éric (2011). Introduction. Des archives à l’archive. Intermédialités / Intermediality, (18), 9–15. https://doi.org/10.7202/1009071ar

RUSSELL Catherine, 2018, Archiveology: Walter Benjamin and archival film practices, Durham C., États-Unis d’Amérique, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord..

ZEITLYN David, 2020, Mambila divination: framing questions, constructing answers, Abingdon ; New York, Routledge (coll. « Routledge studies in anthropology »).


Pratiques de « réécriture » des patrimoines traditionnels corses.

Une résidence de création est prévue du 7 au 11 juin 2022, au CNCM de Pigna, Corse. L’objectif est un travail de création musicale basé sur le réemploi d’archives sonores, accompagné d’une observation des processus de création par des chercheurs musicologues.

DU POINT DE VUE DE LA CRÉATION

Jérôme Casalonga, Jean-Marc Montera et Pierre Gambini, trois musiciens-compositeurs-improvisateurs, chercheront à réinterpréter avec leur propre langage et à créer ensemble une musique d’aujourd’hui inspirée par les archives sonores de tradition corse, issues du Repertorium/CNCM VOCE. Ces sources sont un point de départ pour la création, une inspiration pour l’improvisation. Le projet est ouvert à toutes les transformations musicales, y compris des traitements électroniques effectués sur les archives sonores, les fragmentations, les détournements, etc. Il s’agit de tester des processus de création, en se libérant de la dimension sacrée de la création initiale. Le corpus, ciblé sur le répertoire féminin, permettra de mettre en valeur un répertoire méconnu et souvent oublié : Quel est ce répertoire musical féminin en Corse ? Comment des hommes vont-ils l’interpréter ? Ce travail de réécriture par des voix et sensibilités masculines d’un corpus féminin interrogera la tessiture, l’intention et l’attention.

DU POINT DE VUE LA RECHERCHE

Dans le cadre d’une nouvelle orientation de la musicologie qui s’intéresse aux pratiques vivantes, aux processus de création et d’improvisation, cette résidence sera l’occasion pour l’équipe de [CO S-A] de développer une réflexion théorique à propos des polyphonies Corse, ciblée sur la compréhension de la voix chantée dans ses dimensions perceptives, acoustiques, techniques de ce patrimoine culturel. Cette résidence de recherche-création-action enrichira les apports musicologiques et épistémologiques, notamment sur la problématique de la recréation des patrimoines dits immatériels et les questions de « vie » de l’archive comme renouvellement de la tradition.

MÉTHODOLOGIE DE RECHERCHE-CRÉATION

Tout au long du travail de résidence, une captation des séances de travail sera réalisée ; elle servira de trace (de mise en archives) des processus de création. Ces captations permettront également de réaliser un court documentaire (teaser) sur les processus mis en œuvre. Des entretiens de vidéo-élicitation seront réalisés chaque jour, après les séances de travail, provoquant des interactions avec les chercheurs. L’enjeu est la coécriture d’un article scientifique (recherche et création) : l’archive au travail ; la vie de l’archive.

RENCONTRES À MARSEILLE EN OCTOBRE-NOVEMBRE 2022

Ces rencontres sont envisagées à Marseille. Après la projection du teaser, musiciens et musicologues présenteront les résultats de leur travail. S’ensuivra la proposition d’un élargissement de cette recherche en pratique et théorie de la création artistique sur les îles d’Europe du Sud, qui possèdent avec de petits fonds d’archives musicales.

Le Projet

L’objectif de [CO S-A] est de mettre en place une collaboration durable entre le laboratoire PRISM, la Phonothèque de la MMSH et le CNCM VOCE (Pigna/Corse) afin d’intensifier la réflexion musicologique sur les musiques orales et la pratique actuelle de ces répertoires. Cette collaboration permettra également de valoriser et de maintenir de façon dynamique la proximité culturelle et historique entre la région Sud et la collectivité territoriale de Corse par le développement d’une relation durable sur le partage de fonds d’archives patrimoniales et immatérielles ainsi que les modalités de leur conservation et de leur recréation, tout en favorisant des actions de recherche scientifique. L’objectif est, en effet, de réfléchir de façon collaborative à la question du réemploi (réécritures, recyclage, détournement, réinterprétation, improvisation) de l’archive. En effet, les musiques orales ne sont pas des musiques désuètes ou uniquement réservées aux spécialistes de leur pratique. Nous faisons l’hypothèse que c’est en provoquant des actions hybrides (théoriques et pratiques) et des rencontres, que les pratiques patrimoniales demeurent des pratiques ancrées dans le présent de la création contemporaine dont elles tirent souvent les conditions de leur renouvellement (voir par exemple, la programmation du CNCM VOCE ). Si cette hypothèse n’est pas neuve et si de nombreux artistes et chercheurs l’étudient et la pratiquent, elle demande cependant à être théorisée plus précisément et mise en pratique sur un territoire dédié.

La problématique de [CO S-A] est d’interroger les conditions de partage et de vie de ces archives issues de pratiques en perpétuelle évolution et de cultures considérées comme orales, c’est-à-dire souvent catégorisées par opposition à la tradition musicale savante. [CO S-A] fait ainsi l’hypothèse que c’est en provoquant un transfert de compétences (penser de façon étroite les liens entre les savoirs métiers, le culturel et l’artistique mais aussi entre la recherche académique et la recherche appliquée) que l’on pourra réellement penser l’archive (et le patrimoine immatériel) comme une donnée vivante (Ketelaar, 2006 ; Derrida, 1995/2008 ; Russell, 2018), qui ne doit son existence qu’à l’espace fragile entre sa conservation et sa recréation.

CO S-A : mise en place du projet AMIdex 2022

 

Coordinatrice du projet COSA :
Christine Esclapez
AMU/ PRISM (UMR 7061), CNRS INSHS (DR12)
Enseignante-chercheure AMU (PU) – PRISM. Responsable de l’axe 2 de PRISM (Créations, Explorations et Pratiques artistiques), Membre nommée du CNU 18e section. Christine Esclapez conduit des expertises pour l’HCERES et diverses structures internationales (Belgique, Espagne, Canada). Ses axes de recherche s’élaborent dans le champ des interactions entre Musicologie et Interdisciplinarité, de l’épistémologie des pratiques de recherche et de création (Recherche-création), des Sciences du langage musical, de l’esthétique contemporaine et de l’analyse des processus de création (interprétation, réinterprétation, recréation et performance).

Archiviste :
Véronique Ginouvès
CNRS/AMU, MMSH/USR 3125, Responsable de la phonothèque et du secteur archives de la MMSH.
Ingénieure de recherche hors classe
Expertise en base de données d’archives sonores et vidéo, traitement des supports audio analogiques et numériques (numérisation, indexation, conservation) ; expérience des projets interdisciplinaires sur les données sonores. ; voir Les carnets de la Phonothèque.

Ingénieure de recherche :
Joséphine Simonnot
CNRS/AMU, PRISM (UMR 7061)
Expertise en base de données d’archives sonores et vidéo, traitement des supports audio analogiques et numériques (numérisation, indexation, conservation) ; expérience des projets interdisciplinaires sur les données sonores (valorisation et analyse automatique du contenu sonore / intelligence artificielle).

Laboratoire PRISM (Perception, Représentations, Image, Son, Musique)
PRISM est un laboratoire interdisciplinaire, sous tutelles du CNRS, d’Aix-Marseille Université et du Ministère de la Culture, qui regroupe des chercheurs, des enseignants-chercheurs, et chercheurs- créateurs spécialistes des domaines de l’image, du son et de la musique. PRISM favorise l’interdisciplinarité autour des questions de la perception, des représentations et de leurs usages. L’alliage entre sciences fondamentales, sciences humaines et créations artistiques (musique, cinéma, arts sonores et plastiques) qui est au cœur du projet scientifique de PRISM permet d’aborder ces questions en y intégrant différentes disciplines balayant les domaines de la physique et du traitement du signal, des sciences de l’art et de l’esthétique, et de la médecine et des neurosciences. L’image, le son et la musique sont étudiés comme des objets de recherche manipulables et mesurables, mais aussi comme des pratiques artistiques capables de transformer le réel et ses discours. L’enjeu scientifique de PRISM est de révéler comment l’audible, le visible et leurs interactions engendrent de nouvelles formes de représentations sensibles et/ou formelles du monde contemporain.

Contact : cosa@groupes.renater.fr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search