Entretien avec Jean-Marc Montera à l’issue de la résidence de création COSA

Jean-Marc Montera est guitariste d’avant-garde français surnommé « le John Lee Hooker du noise », spécialiste de l’improvisation libre et de l’expérimentation sonore. Cet entretien a été réalisé le 9 juin 2022 par Caroline Boë, avec Christine Esclapez et Joséphine Simonnot.

Caroline Boë : Penses-tu que tout ait déjà été écrit et que l’invention n’est plus que reprise, anamorphose, remix, transcription, déconstruction ?

Jean-Marc Montera : Tout a été écrit ? Non, tout n’a pas été écrit. Beaucoup de choses ont été écrites, de différentes manières et sur différents sujets. Il faut trouver d’autres manières de répondre à des questions sur les mêmes sujets. On cherche des chemins différents, même si c’est pour aller à un même point.

CB : Que penses-tu de l’idée de donner libre cours à l’expérimentation en terre de tradition ?

JMM : Je pense que ça permet de pérenniser la tradition. Parce que si on n’expérimente pas des choses au sein de la tradition, elle se fige. Et elle devient un objet muséal mort, et si on veut continuer à avoir une relation organique, dynamique et vivante avec des objets de la tradition, qui sont des objets qui nous constituent autour de nous, le fruit quotidien, il faut essayer des choses nouvelles à l’intérieur de ces objets-là.

CB : Penses-tu que cette résidence, en collaboration avec deux autres artistes, permet (je cite une phrase de Franck Madlener) « de créer une perspective propre, où le passé est une image mouvante, réveillée par les temps présents » ?

JMM : Oui, je crois que c’est inévitable. On ne peut pas le contourner, parce que je pense à la porosité qu’il peut y avoir entre nos différentes pratiques (je parle de Jérôme Casalonga et de Pierre Gambini). C’est obligatoirement une démarche qui nous conduit vers une production de choses nouvelles à partir de choses préexistantes et, par rapport aux objets traditionnels, d’en faire quelque chose de vivant, d’évolutif et de perpétuer leur propre existence, et du coup, la nôtre, parce qu’il y a un rapport dialectique entre la tradition et l’expérimentation.

CB : Alors est-ce que ce travail est plutôt une manière d’apprendre une tradition ? Ou plutôt une manière de la « désapprendre » ? (C’est un terme utilisé par William Turner, le peintre).

JMM : Je ne pense pas qu’on puisse désapprendre les traditions. On baigne dedans. On est de ça, donc ne « désapprend » pas de ce qu’on est, de ce qu’on est devenu. On le modifie, on l’améliore, on rajoute et on enlève des choses, mais on est toujours au cœur du sujet.

CB : Est-ce que le fait de travailler dessus, c’est une manière d’apprendre ?

JMM : Oui, bien sûr. C’est une manière d’en découvrir les nouveaux aspects. Au travers des chemins parfois tortueux qu’on peut prendre pour travailler à partir de ce sujet-là ou sur ces objets sonores. J’imagine que c’est à partir de ces questions sur les objets sonores, ou plus généralement sur nos conditions de travail. Oui, ce sont des archives sonores, donc on est imprégné de ça et on a une perception culturelle et sensible de ces objets dont on ne peut pas se libérer complètement. On n’échappe pas à sa propre culture, quoi qu’on fasse.

CB : C’est une manière d’approfondir la perception ? de travailler avec ?

JMM : De travailler avec des musiciens qui ont aussi la volonté d’avoir cette démarche-là, parce que c’est aussi primordial. On ne peut pas avoir ce type d’approche avec des gens qui sont complètement hermétiques à des tentatives d’expérimentation autour de ces sujets. Il faut qu’on ait la volonté de survoler ça ensemble.

CB : Ça m’amène à cette question sur la façon dont tu ressens tes objectifs personnels dans un objectif plus global : votre ensemble à trois musiciens.

JMM : Mes objectifs personnels d’un point de vue musical ?

CB : Oui, et d’un point de vue de la création.

JMM : De toute façon, chaque fois qu’on est en situation d’improvisation avec des musiciens, qu’on connaisse ou qu’on ne connaisse pas, qu’on ait l’habitude de travailler avec ou pas, à chaque fois, c’est différent. Parce que l’approche à un instant T est complètement différente et on ne peut pas créer artificiellement, reproduire un mouvement et le déporter dans un autre.

Donc là, ce qu’on est en train de découvrir, de vivre avec Pierre et Jérôme. C’est quelque chose qui est de l’enrichissement personnel, immédiat, ce n’est pas différé, et c’est pour ça que c’est difficile d’en parler parce qu’en situation, on ne l’analyse pas comme ça. À aucun moment je me dis : qu’est-ce que ça m’apporte de travailler avec ces gens-là, là tout de suite, maintenant ? Je sens ce que ça m’apporte. Je n’ai pas besoin de l’intellectualiser.

CB : Est-ce que dans ce travail, la mémoire est plutôt étouffante ou stimulante, dans la situation concrète de ces trois jours passés ensemble avec cette base d’archives sonores du Repertorium ?

JMM : Ce n’est pas étouffant dans ce cadre-là, qui qui n’est pas un contexte d’improvisation totale. C’est un travail où l’improvisation a une part importante, mais on n’oublie jamais qu’on travaille sur des archives préexistantes. Il y a la mémoire de la culture, des objets sonores sur lesquels on travaille, et puis il y a la nôtre, qui est une mémoire beaucoup plus immédiate, qui intègre tous les processus qu’on doit mettre en œuvre pour travailler sur ces objets là et essayer d’apporter quelque chose de neuf, ou plutôt de différent. Dans ce cas-là, la mémoire, c’est un outil.

CB : Est-ce que tu pourrais penser que cette expérimentation, celle que vous avez faite ensemble, pourrait ressembler à une enquête ?

JMM : Une enquête, c’est un peu policier comme terme, ça ne me plait pas beaucoup. Une quête, oui, mais pas une enquête. La recherche de quelque chose qui nous satisferait au sens contemporain du terme, à partir des éléments d’un passé qui concernerait des opus assez lointains. Non, ce n’est pas une enquête, c’est une mise en jeu des choses, des procès très techniques, rigoureux et qui sont assez loin, de ce que moi je mets en route quand je travaille sur ce genre de documents.

CB : Au cours de tes différentes expériences musicales, as-tu élaboré une sorte de pensée de la création ?

JMM : Je ne sais pas si c’est à moi de répondre à ce genre de chose. Ce serait présomptueux de dire que j’ai élaboré une pensée. J’ai développé certains outils qui m’ont amené à des modes de réflexion particuliers en fonction des contextes et des situations, mais je pense que ce serait figer les choses que de les encercler dans un système de pensée.

Christine Esclapez : C’est quoi ces outils ? Parce que l’outil est aussi une façon de penser, et il est très diversifié.  Ce n’est pas une pensée fixe, la pensée. Ce n’est pas un schéma, c’est quelque chose comme un processus.

JMM : En dehors des outils de base qui sont les objets sonores qui servent à la création en soi, c’est le travail de mémoire dont on parlait. À savoir comment emmagasiner des choses et les restituer sans être dans la reproduction, c’est à dire de constituer une palette, par exemple, dont on peut se servir de manière spontanée et instantanée, sans préméditation, d’être toujours disponible à l’instant T. Ne pas ne pas être dans une forme d’improvisation comme on peut la voir dans les musiques idiomatiques.

CE : C’est un réservoir, d’outils et de gestes ?

JMM : Oui, de gestes, de sonorités, d’attitudes corporelles qui sont le ressenti de l’autre dans ce qui se passe. D’un point de vue musical, on ne joue pas pareil avec un saxophoniste qu’avec un batteur, ou avec quelqu’un qui ne fait que de l’électronique. Il y a une relation qui se crée à des endroits où effectivement c’est plutôt d’un ordre philosophique qu’on ne maîtrise pas. C’est pour ça qu’il serait présomptueux de dire “oui, j’ai réfléchi à un mode de pensée pour la création”, à savoir comment on organise. En situation d’improvisation, ce n’est pas comme ça que ça que ça doit marcher. Sinon on est à côté, ailleurs, ce qui n’est pas ni moins bien ni mieux, c’est autre chose.

CB : Mais alors, ce serait plutôt une pensée/pratique zen par exemple, que d’être dans un état corporel et mental, qui fait qu’on est disponible.

JMM : Oui, c’est à peu près, quand je joue, les seuls moments où je suis zen.

CB : Est-ce que c’est une obsession ? Est-ce que tu cherches à inventer quelque chose ? Est-ce que tu as des obsessions, dans cette éventuelle recherche d’inventer quelque chose ?

JMM : Non. La recherche d’inventer quelque chose, ça voudrait dire qu’on a un objectif prédéterminé à atteindre, et franchement, on n’est pas en situation de jeu à partir du moment où on se fixe des objectifs. Soit on fait de l’impro, soit on fait du jazz, on ne peut pas faire les deux (je vais me faire des amis là !).

CB : C’est ton point de vue et il est important. Une dernière question : Que penses-tu du protocole de [CO S-A], c’est à dire d’avoir regroupé trois artistes qui proviennent d’univers différents pour jouer de la musique sur la base d’archives traditionnelles ? Et comment tu t’es senti dans ce protocole ?

JMM : Moi je trouve que c’est une bonne démarche dans le sens où il y a deux personnes qui sont vraiment plus légitimes que moi dans ce procès, parce que Jérôme et Pierre vivent ici, en Corse. Ils parlent la langue, ils connaissent les chants, ce qui n’est pas mon cas. Je suis issu d’une seconde génération de Corses exilés, donc je ne connais pas les chants, je ne chante pas. Je connais le corse grâce à l’italien, donc on a une différence de légitimité. Ce n’est pas un complexe, c’est juste réaliste et je trouve que le fait de nous réunir sur cette base-là, avec des registres différents, ça ouvre les possibles à un objectif de travailler sur les archives. Parce que je n’ai pas le même regard, je n’ai pas la même implication. Jérôme par exemple, à propos d’un fichier sur lequel on travaille pense que c’est important qu’on comprenne les paroles. Je proposais de faire un cross-fade sur la partie musicale et la partie vocale. Mais si on fait un cross-fade sur la partie vocale, on perd une partie des paroles. Il faut qu’on arrive à trouver le moyen musical de finir correctement et d’avoir la totalité du texte. Moi, je ne me posais pas la problématique en tant que compréhension du texte, parce que ce n’est pas mon objectif premier. Et du coup, là, ça prend tout son sens d’avoir des gens qui sont les garants de cette parole-là et pas uniquement de l’objet musical.

CB : Il y a un affect ?

JMM : Oui, ce serait impossible sans. On est quand même Corse tous les trois, même s’il y a des niveaux de Corsitude différents. C’est l’affect, l’affectif est là, il suffit d’entendre ces voix, on retourne aux sources.

CE : Qu’est-ce que c’est pour toi qu’une archive ? Tu viens d’y répondre, mais peut-être peux-tu conscientiser un peu plus. En parlant justement du fait de sauvegarder par exemple la langue dans les paroles, dans l’exemple que tu as pris. Il a été évoqué aussi par Pierre. C’est intéressant, Pierre a évoqué aussi ton exemple. Donc, qu’est-ce que c’est pour toi une archive, de façon générale ? Et deuxièmement, est ce que tu sens qu’il y aurait une spécificité de l’archive sonore, par rapport, par exemple, à des images d’archives télévisuelles ou des photos ?

JMM : Une archive, c’est un témoin vivant. C’est ce qui permet de garder le lien, et avec l’archive sonore, en plus du lien culturel que ça peut avoir, il y a le lien affectif, qu’on connaisse ou qu’on ne connaisse pas les gens. On peut écouter des archives de Lomax, qui sont émouvantes parce qu’il y a une passion, et ça a fait que ces trucs-là existent ; ou écouter les archives de mon père qui, à l’époque, a enregistré des trucs en Corse sur une cassette. Je ne comprends pas tout, mais il y a sa voix et le sensible est là.

CE : Ce n’est pas le même sensible que quand tu vois une photo de ton papa ?

JMM : Ah non, c’est figé une photo. La voix c’est toujours vivant. On se sent toujours vivant.

CE : Elle entre en toi ?

JMM : Oui, et puis elle existe en soi, même si je n’écoute pas.

Joséphine Simonnot : Est-ce que ça t’arrive de décrypter les archives pour chercher l’inspiration ? Est-ce que tu avais déjà écouté le Repertorium ? La question des impressions… est-ce que dans le futur, cette expérimentation va te donner envie d’aller fouiller ?

JMM : Alors aller consulter des archives pour chercher l’inspiration ? Non. J’ai consulté des archives, mais ce n’était pas le but. C’était par intérêt cognitif, par curiosité, pour avoir des informations sur un sujet qui m’intéressait et sur lequel j’avais peu de pistes. J’ai travaillé sur le Repertorium au moment où on a mis ce projet en route. Peut-être que, à l’avenir, j’irais plus volontiers chercher des choses, pas obligatoirement pour chercher l’inspiration, mais pour être au plus près de l’information. Pour avoir une information un peu plus approfondie que celle que je pourrais trouver en cherchant dans des livres par exemple. C’est une piste qui, il me semble, sera exploitée… la recherche d’archives.

Et l’autre raison, c’est une discussion que j’ai eue il y a une petite semaine avec un chanteur afghan que j’ai rencontré à la Vieille Charité [à Marseille] dans le cadre de l’exposition sur les objets migrateurs. Il veut monter un Repertorium sur la musique afghane. Je le mettrai en contact avec Jérôme, parce qu’il craint qu’avec le régime taliban, la musique disparaisse et il veut que les jeunes générations afghanes, futures générations afghanes, puissent avoir un accès à ces musiques-là, parce que la musique est interdite par les talibans. Et ça m’a effectivement interpellé parce qu’il y a tout juste une semaine, j’étais en discussion avec Hakim et que je savais que je devais venir ici pour travailler sur les archives. Effectivement, c’est presque contradictoire avec ce que je disais tout à l’heure, ce n’est pas que de la mémoire. Faire une collecte d’archives, c’est aussi un acte politique. Je crois que ça a changé mon regard. Tout ce qui permettait d’avoir accès à des choses qui étaient un peu plus lointaines… c’est un peu plus profond que ça.

CE : L’histoire. Tu inscrits dans l’histoire.

JMM : Oui, c’est un acte politique, et puis le fait de collecter des archives, c’est une vraie action. C’est identitaire.

CE : Tu écris l’histoire, sinon elle s’écrit différemment. Ces archives qui seront sauvegardées, ça fait qu’on n’oubliera pas cette musique, donc tu l’as amenée dans ce flux de musique.

JMM : C’est clair, s’il n’y avait pas eu le père et le fils Lomax, Bartok ou Beaulieu pour l’Afrique, il nous manquerait une grande partie de la musique du XXᵉ siècle.

JS : Surtout que la notation musicale n’est pas adaptée, dans ce genre de musique.

JMM : Non, la notation, ça peut servir de fil rouge, de guide. Mais c’est comme le real book pour le jazz, c’est juste un aide-mémoire : quel son faire à quel moment ? Mais ça ne donne aucune indication sur l’interprétation, le timbre, la dynamique. Comment écrire, retranscrire, les polyphonies sardes ou albanaises ou corses ? Je pense que c’est un vœu pieux, c’est peine perdue.

JS : D’où la valeur de l’enregistrement.

Virginie Torrelli, ARTISANe DE PIGNA, RÉPOND À TROIS QUESTIONS

Contexte : L’axe 3 de [CO S-A] propose un programme de développement de pastilles sonores en concertation avec les acteurs du patrimoine corse. L’artisanat de Pigna représente une activité traditionnelle qui mérite d’être mise en valeur dans le cadre du projet
[CO S-A] attaché aux archives : l’artisanat est une archive vivante de gestes et de savoir-faire. 

Il s’agit de passer quelques heures avec chaque artisan·e, pour se laisser immerger par l’atmosphère de travail dans l’atelier, faire des captations sonores des gestes artisanaux, échanger sur leur relation à la musique. Un travail de composition musicale de type acousmatique s’ensuivra, mêlant les sons de pratique artisanale à des échantillons de musique de Balagne puisés dans le Repertorium Voce (libres de droits). Ce mélange de musique concrète et de musique traditionnelle s’inscrit dans l’objectif de [CO S-A] de recherche sur les pratiques de « réécriture » des patrimoines traditionnels, tout en valorisant l’activité culturelle et économique du site.

Pour en savoir + : https://cosa.hypotheses.org/184

Virginie Torrelli est verrière. Elle fabrique des bijoux, et crée des sculptures en verre.

Après une séance d’enregistrement de Virginie Torrelli au travail, je lui pose trois questions :

  1. Avez-vous déjà prêté attention aux sons que vous produisez lorsque vous travaillez ?
  2. Pensez-vous que la tradition musicale corse ait une influence, de près ou de loin, sur vos créations ?
  3. Connaissez-vous des chansons qui parlent de votre travail ?
Les réponses de Virginie Torrelli

Écouter les réponses de Cyril Quilichini
Écouter les réponses d’Hervé Quilichini
Écouter les réponses de Marie-Claire Darnéal
Écouter les réponses de Michèle Léonardi
Écouter les réponses de Toni Casalonga
Écouter les réponses d’Ugo Casalonga

Ugo Casalonga, ARTISAN DE PIGNA, RÉPOND À TROIS QUESTIONS

Contexte : L’axe 3 de [CO S-A] propose un programme de développement de pastilles sonores en concertation avec les acteurs du patrimoine corse. L’artisanat de Pigna représente une activité traditionnelle qui mérite d’être mise en valeur dans le cadre du projet
[CO S-A] attaché aux archives : l’artisanat est une archive vivante de gestes et de savoir-faire. 

Il s’agit de passer quelques heures avec chaque artisan·e, pour se laisser immerger par l’atmosphère de travail dans l’atelier, faire des captations sonores des gestes artisanaux, échanger sur leur relation à la musique. Un travail de composition musicale de type acousmatique s’ensuivra, mêlant les sons de pratique artisanale à des échantillons de musique de Balagne puisés dans le Repertorium Voce (libres de droits). Ce mélange de musique concrète et de musique traditionnelle s’inscrit dans l’objectif de [CO S-A] de recherche sur les pratiques de « réécriture » des patrimoines traditionnels, tout en valorisant l’activité culturelle et économique du site.

Pour en savoir + : https://cosa.hypotheses.org/184

Ugo Casalonga est luthier. Il fabrique des instruments historiques, à cordes pincées et frottées.

Après une séance d’enregistrement d’Ugo Casalonga au travail, je lui pose trois questions :

  1. Avez-vous déjà prêté attention aux sons que vous produisez lorsque vous travaillez ?
  2. Pensez-vous que la tradition musicale corse ait une influence, de près ou de loin, sur vos créations ?
  3. Connaissez-vous des chansons qui parlent de votre travail ?
Les réponses d’Ugo Casalonga

Écouter les réponses de Cyril Quilichini
Écouter les réponses d’Hervé Quilichini
Écouter les réponses de Marie-Claire Darnéal
Écouter les réponses de Michèle Léonardi
Écouter les réponses de Toni Casalonga
Écouter les réponses de Virginie Torrelli

Hervé Quilichini, ARTISAN DE PIGNA, RÉPOND À TROIS QUESTIONS

Contexte : L’axe 3 de [CO S-A] propose un programme de développement de pastilles sonores en concertation avec les acteurs du patrimoine corse. L’artisanat de Pigna représente une activité traditionnelle qui mérite d’être mise en valeur dans le cadre du projet
[CO S-A] attaché aux archives : l’artisanat est une archive vivante de gestes et de savoir-faire. 

Il s’agit de passer quelques heures avec chaque artisan·e, pour se laisser immerger par l’atmosphère de travail dans l’atelier, faire des captations sonores des gestes artisanaux, échanger sur leur relation à la musique. Un travail de composition musicale de type acousmatique s’ensuivra, mêlant les sons de pratique artisanale à des échantillons de musique de Balagne puisés dans le Repertorium Voce (libres de droits). Ce mélange de musique concrète et de musique traditionnelle s’inscrit dans l’objectif de [CO S-A] de recherche sur les pratiques de « réécriture » des patrimoines traditionnels, tout en valorisant l’activité culturelle et économique du site.

Pour en savoir + : https://cosa.hypotheses.org/184

Hervé Quilichini est imprimeur, graveur et taille-doucier. Il pratique ici l’art de la gravure.

Après une séance d’enregistrement d’Hervé Quilichini au travail, je lui pose trois questions :

  1. Avez-vous déjà prêté attention aux sons que vous produisez lorsque vous travaillez ?
  2. Pensez-vous que la tradition musicale corse ait une influence, de près ou de loin, sur vos créations ?
  3. Connaissez-vous des chansons qui parlent de votre travail ?
Les réponses d’Hervé Quilichini

Écouter les réponses de Cyril Quilichini
Écouter les réponses de Marie-Claire Darnéal
Écouter les réponses de Michèle Léonardi
Écouter les réponses de Toni Casalonga
Écouter les réponses d’Ugo Casalonga
Écouter les réponses de Virginie Torrelli

Toni Casalonga, ARTISAN DE PIGNA, RÉPOND À TROIS QUESTIONS

Contexte : L’axe 3 de [CO S-A] propose un programme de développement de pastilles sonores en concertation avec les acteurs du patrimoine corse. L’artisanat de Pigna représente une activité traditionnelle qui mérite d’être mise en valeur dans le cadre du projet
[CO S-A] attaché aux archives : l’artisanat est une archive vivante de gestes et de savoir-faire. 

Il s’agit de passer quelques heures avec chaque artisan·e, pour se laisser immerger par l’atmosphère de travail dans l’atelier, faire des captations sonores des gestes artisanaux, échanger sur leur relation à la musique. Un travail de composition musicale de type acousmatique s’ensuivra, mêlant les sons de pratique artisanale à des échantillons de musique de Balagne puisés dans le Repertorium Voce (libres de droits). Ce mélange de musique concrète et de musique traditionnelle s’inscrit dans l’objectif de [CO S-A] de recherche sur les pratiques de « réécriture » des patrimoines traditionnels, tout en valorisant l’activité culturelle et économique du site.

Pour en savoir + : https://cosa.hypotheses.org/184

Toni Casalonga est peintre, sculpteur, scénographe et metteur en scène. Nous nous intéressons ici à son travail de sculpture du bois.

Après une séance d’enregistrement de Toni Casalonga au travail, je lui pose trois questions :

  1. Avez-vous déjà prêté attention aux sons que vous produisez lorsque vous travaillez ?
  2. Pensez-vous que la tradition musicale corse ait une influence, de près ou de loin, sur vos créations ?
  3. Connaissez-vous des chansons qui parlent de votre travail ?
Les réponses de Toni Casalonga

Écouter les réponses de Cyril Quilichini
Écouter les réponses d’Hervé Quilichini
Écouter les réponses de Marie-Claire Darnéal
Écouter les réponses de Michèle Léonardi
Écouter les réponses d’Ugo Casalonga
Écouter les réponses de Virginie Torrelli

Marie-Claire Darnéal, ARTISANE DE PIGNA, RÉPOND À TROIS QUESTIONS

Contexte : L’axe 3 de [CO S-A] propose un programme de développement de pastilles sonores en concertation avec les acteurs du patrimoine corse. L’artisanat de Pigna représente une activité traditionnelle qui mérite d’être mise en valeur dans le cadre du projet [CO S-A] attaché aux archives : l’artisanat est une archive vivante de gestes et de savoir-faire. 

Il s’agit de passer quelques heures avec chaque artisan·e, pour se laisser immerger par l’atmosphère de travail dans l’atelier, faire des captations sonores des gestes artisanaux, échanger sur leur relation à la musique. Un travail de composition musicale de type acousmatique s’ensuivra, mêlant les sons de pratique artisanale à des échantillons de musique de Balagne puisés dans le Repertorium Voce (libres de droits). Ce mélange de musique concrète et de musique traditionnelle s’inscrit dans l’objectif de [CO S-A] de recherche sur les pratiques de « réécriture » des patrimoines traditionnels, tout en valorisant l’activité culturelle et économique du site.

Pour en savoir + : https://cosa.hypotheses.org/184

Marie-Claire Darnéal fabrique des boites à musiques en bois peint, avec des airs du répertoire traditionnel corse.

Après une séance d’enregistrement de Marie-Claire Darnéal au travail, je lui pose trois questions :

  1. Avez-vous déjà prêté attention aux sons que vous produisez lorsque vous travaillez ?
  2. Pensez-vous que la tradition musicale corse ait une influence, de près ou de loin, sur vos créations ?
  3. Connaissez-vous des chansons qui parlent de votre travail ?
Les réponses de Marie-Claire Darnéal

Écouter les réponses de Cyril Quilichini
Écouter les réponses d’Hervé Quilichini
Écouter les réponses de Michèle Léonardi
Écouter les réponses de Toni Casalonga
Écouter les réponses d’Ugo Casalonga
Écouter les réponses de Virginie Torrelli

Cyril Quiliquini, ARTISAN DE PIGNA, RÉPOND À TROIS QUESTIONS

Contexte : L’axe 3 de [CO S-A] propose un programme de développement de pastilles sonores en concertation avec les acteurs du patrimoine corse. L’artisanat de Pigna représente une activité traditionnelle qui mérite d’être mise en valeur dans le cadre du projet [CO S-A] attaché aux archives : l’artisanat est une archive vivante de gestes et de savoir-faire. 

Il s’agit de passer quelques heures avec chaque artisan·e, pour se laisser immerger par l’atmosphère de travail dans l’atelier, faire des captations sonores des gestes artisanaux, échanger sur leur relation à la musique. Un travail de composition musicale de type acousmatique s’ensuivra, mêlant les sons de pratique artisanale à des échantillons de musique de Balagne puisés dans le Repertorium Voce (libres de droits). Ce mélange de musique concrète et de musique traditionnelle s’inscrit dans l’objectif de [CO S-A] de recherche sur les pratiques de « réécriture » des patrimoines traditionnels, tout en valorisant l’activité culturelle et économique du site.

Pour en savoir + : https://cosa.hypotheses.org/184

Cyril Quilichini est potier, il travaille la céramique, le grès, la faïence décorée.

Après une séance d’enregistrement de Cyril Quilichini au travail, je lui pose trois questions :

  1. Avez-vous déjà prêté attention aux sons que vous produisez lorsque vous travaillez ?
  2. Pensez-vous que la tradition musicale corse ait une influence, de près ou de loin, sur vos créations ?
  3. Connaissez-vous des chansons qui parlent de votre travail ?
Les réponses de Cyril Quilichini

Écouter les réponses d’Hervé Quilichini
Écouter les réponses de Marie-Claire Darnéal
Écouter les réponses de Michèle Léonardi
Écouter les réponses de Toni Casalonga
Écouter les réponses d’Ugo Casalonga
Écouter les réponses de Virginie Torrelli

Michèle Léonardi, artisane de Pigna, répond à trois questions

Contexte : L’axe 3 de [CO S-A] propose un programme de développement de pastilles sonores en concertation avec les acteurs du patrimoine corse. L’artisanat de Pigna représente une activité traditionnelle qui mérite d’être mise en valeur dans le cadre du projet
[CO S-A] attaché aux archives : l’artisanat est une archive vivante de gestes et de savoir-faire. 

Protocole : Il s’agit de passer quelques heures avec chaque artisan·e, pour se laisser immerger par l’atmosphère de travail dans l’atelier, faire des captations sonores des gestes artisanaux, échanger sur leur relation à la musique. Un travail de composition musicale de type acousmatique s’ensuivra, mêlant les sons de pratique artisanale à des échantillons de musique de Balagne puisés dans le Repertorium Voce (libres de droits). Ce mélange de musique concrète et de musique traditionnelle s’inscrit dans l’objectif de [CO S-A] de recherche sur les pratiques de « réécriture » des patrimoines traditionnels, tout en valorisant l’activité culturelle et économique du site.

Pour en savoir + : https://cosa.hypotheses.org/184

Michèle Léonardi fabrique des bijoux et des objets de décoration en mosaïque.

Après une séance d’enregistrement de Michèle Léonardi au travail, je lui pose trois questions :

  1. Avez-vous déjà prêté attention aux sons que vous produisez lorsque vous travaillez ? 
  2. Pensez-vous que la tradition musicale corse ait une influence, de près ou de loin, sur vos créations ?
  3. Connaissez-vous des chansons qui parlent de votre travail ?

Les réponses de Michèle Léonardi

Écouter les réponses de Cyril Quilichini
Écouter les réponses d’Hervé Quilichini
Écouter les réponses de Marie-Claire Darnéal
Écouter les réponses de Toni Casalonga
Écouter les réponses d’Ugo Casalonga
Écouter les réponses de Virginie Torrelli

Visite du Musée de la Corse à Corte

Prévu dans l’axe 2 du projet, l’état des lieux archivistique visant à améliorer la diffusion web du patrimoine sonore conservé au sein du Repertorium VOCE (CNCM VOCE) s’est mis en place lors de la première mission en Corse en Mars 2022. La découverte des archives sonores à Pigna avec la famille Casalonga s’est prolongée avec une première visite à Corte où l’équipe CO S-A a pu visiter le musée de la Corse le 17 mars et rencontrer le personnel ainsi que le responsable de la phonothèque, Damien Delgrossi.

Archives du fonds CNCM Voce conservé au Musée de la Corse

Cette première rencontre informelle a permis d’envisager une collaboration autour des recherches et de la valorisation du patrimoine musical et culturel de la Corse. L’accueil fut très positif et constructif, et les perspectives sont nombreuses et encourageantes.

Le fonds du CNCM Voce est conservé dans les réserves du Musée, parmi d’autres collections d’archives sonores collectées en Corse sur divers supports analogiques et numériques, des disques et des partitions.

Un patrimoine vivant à valoriser

Archives sonores du CNCM, Musée de Corte
Cassettes analogiques et numériques du fonds CNCM Voce

La phonothèque du Musée est en pleine restructuration et la future base de données en ligne est en cours de livraison. La phonothèque compte un fonds musical et patrimonial de plus de 2 200 heures d’enregistrements sonores, des reportages vidéos sur le musical, une cinquantaine d’instruments anciens et des documents graphiques. L’objectif est d’accueillir des fonds sonores et de promouvoir des enquêtes ethnomusicologiques afin de les faire connaître à différents publics. Le fonds du CNCM Voce est conservé dans les réserves du Musée, ainsi que des partitions anciennes.

Actuellement, les archives sonores du CNCM Voce sont accessible librement sur : https://repertorium.voce.corsica/

Archives sonores de Corte
Lecteur de fil magnétique du musée de Corte (ancêtre du magnétophone à bandes) rapporté des USA par un collecteur corse. Première moitié du XXème siècle.

Les collections de la Phonothèque du musée

On peut lire cette présentation sur les murs du Musée:

“En Corse, la musique traditionnelle est bien vivante et constitue l’expression privilégiée de notre île. Elle exprime la vie quotidienne et reflète l’homme dans sa globalité. Quand les veillées autres occasions prétextes aux chants et à la musique se firent plus rares, arrivèrent des chercheurs passionnés par le sujet, qui ont recueilli une large part de notre patrimoine oral, et cela avant la disparition des derniers témoins. (…)”

La phonothèque conserve 2200 heures d’enregistrements :

  • Archives anciennes (fils magnétiques, 78 tours) ;
  • Collectages (cassettes, bandes magnétiques) des ethnomusicologues Quilici, Laade, Römer et de nombreux particuliers ;
  • Collectages effectués par la phonothèque du musée de la Corse depuis 1991 (DAT, fichiers numériques, minidisques et vidéos de format professionnel) ;
  • Disques vinyls 45 et 33 tours, compacts – disques édités.

Quatre grands thèmes sont consultables :

  • CANTI PULIFONICHI, Chants polyphoniques. Des chants interprétés à plusieurs voix ;
  • MUSICHE STRUMENTALE, Musiques instrumentales transmises principalement par tradition orale;
  • TESTIMUNIANZA È SPRESSIONE SONORE, Témoignages et expressions sonores ;
  • CANTI MONODICHI, Chants monodiques. Des chants interprétés à 1 voix, accompagnés ou pas d’un instrument de musique.

L’équipe de CO S-A

Photos : J. Simonnot

En couverture : Douche sonore de la salle “Musiques corses” du Musée de la Corse.

Recrutement CCD 3 mois Analyse de données culturelles

Contexte :

Le projet [CO S-A] a pour objectif de mettre en place une collaboration durable entre le laboratoire PRISM – Perception, Représentations, Image, Son, Musique, la Phonothèque de la MMSH – Maison Méditerranéenne des sciences de l’Homme et le CNCM VOCE – Centre National de Création Musicale, Pigna, afin d’intensifier la réflexion musicologique sur les musiques orales, sur les humanités numériques et sur la pratique actuelle de ces répertoires. Pour mener à bien ce projet, il est nécessaire d’établir un inventaire sélectif des collections sonores et audiovisuelles collectées en Corse et archivées sur l’île, mais aussi hors de Corse. Cet inventaire permettra de rédiger des orientations pour une facilitation de l’accessibilité des archives et le respect des principes du FAIR.

Missions :

En vue d’améliorer la visibilité et la diffusion du Repertorium VOCE (fonds d’archive du CNCM VOCE/Pigna-Corse), il d’inventorier et répertorier, identifier, décrire et analyser ces archives dédiées à la musique corse. Il s’agira également de localiser les sources sonores (orales, musicales) existantes sur divers sites (Musée de la Corse, Pigna, Méditathèque Culturelle de la Corse et des Corses [M3C]/Université de Corse, UMR 6240 LISA ).

Plus particulièrement :

> La mission de l’agent sera de réaliser un inventaire et une analyse des archives sonores musicales du Repertorium du CNCM VOCA. L’inventaire précisera les conditions d’accès des collections, identifiera celles qui sont en ligne en précisant les droits associés à ces archives en prévision de réusages éventuels dans des cadres académiques ou non-académiques. Il s’agira également de pointer les contenus de cette base de données qui nécessite une mise en conformité en vue d’une migration dans un système interopérable et actuel. Il faudrait envisager des améliorations telles que la gestion du multilinguisme et l’ajout de contenus multimédias (vidéos, entretiens, conférences).

>La mission de l’agent sera également de réaliser une recherche documentaire sur le contexte de collecte. Cette recherche permettra d’introduire l’histoire de ce fonds et de ses collecteurs dans la future base de données.

> Avec l’équipe [CO S-A], l’agent évaluera les possibilités d’interopérabilité des données repérées avec les infrastructures institutionnelles, repérera les référentiels du domaine et envisagera les connexions à mettre en place pour une meilleure pérennité et visibilité de ces archives, ainsi que pour faciliter l’utilisation de ce patrimoine à des fins de recherche et de création.

> Avec l’équipe de [CO S-A], l’agent rédigera un rapport d’expertise précisant l’ensemble de ces données et envisagera des modes de valorisation : signalement des corpus à collecter en priorité, amélioration du contenu de la base de données à effectuer en priorité.

L’agent réalisera cette mission durant 3 mois et publiera ses résultats ainsi que des informations sur les activités du projet sur le carnet de recherche : https://cosa.hypotheses.org

Lieux de travail :

Phonothèque de la MMSH, 5 rue du château de l’horloge, 13100 Aix-en-Provence ;

Laboratoire PRISM (UMR 70651), 31 Chemin J. Aiguier, 13402 Marseille cedex 20,

CNCM Voce (Pigna, Corse).

Encadrement :

Véronique Ginouvès, Ingénieure de recherche hors classe, archiviste, responsable du Secteur archives de la médiathèque de la MMSH et Joséphine Simonnot (Ingénieure de recherche, PRISM UMR 7061).

Niveau d’embauche :

Ingénieur·e d’étude ITRF (grille de salaire en fonction de l’ancienneté et du niveau d’étude fonction publique EPST).

Employeur :

Fondation A*MIDEX – Initiative d’Excellence d’Aix-Marseille, Programme Investissements d’Avenir (PIA). L’objectif d’A*Midex est de développer le potentiel du site d’Aix-Marseille, en le dotant d’une recherche et d’un enseignement supérieur de rang mondial. A*Midex expérimente des actions innovantes en soutenant des projets visant l’excellence, articulés autour de cinq fonds : Attractivité – Recherche–International–Transfert–Formation. Dans le même sens, A*Midex soutient et accompagne les grands projets structurants du site Aix-Marseille tels que les Instituts Convergences, les LabEx et les Écoles Universitaires de Recherche, sélectionnés dans le cadre des programmes PIA.

Télétravail : Selon conditions particulières.

Durée du contrat : 3 mois (équivalent temps plein)

Condition particulière d’exercice : Déplacement éventuel en Corse ou présence sur place.

Début /fin du contrat :

3 mois entre fin Avril 2022 et janvier 2023 (possibilité d’organiser son temps de travail sur 50% sur une durée plus longue en fonction des règles de l’employeur)

Profil recherché :


Connaissances requises :

>Expérience en analyse de données culturelles et musicales et en organisation des données numériques. >Bonne connaissance des questions juridiques et éthiques et des principes FAIR.

>Intérêt pour les interactions entre musicologie et interdisciplinarités.

>Intérêt pour les humanités numériques et pour la veille d’informations.

>Une pratique musicale et des notions d’organologie seront appréciées.

>La connaissance de la culture et de la langue corse est nécessaire.

>Une connaissance d’une autre langue sera appréciée (italien notamment).


Compétences techniques :

>Connaître les méthodes de prospection et d’inventaire des sources historiques et culturelles.

>Utiliser les méthodes, outils de référencement et nomenclatures du domaine musical (particulièrement des genres et formes de la musique corse ou de tradition).

>Usage des tableurs, des traitements de texte, des logiciels audio ; mise en œuvre de techniques documentaires ; usage des réseaux sociaux.

>Connaissance du contexte institutionnel patrimonial local et national.


Savoir-faire :

>Capacité à travailler en équipe.

>Capacités rédactionnelles.

>Capacité d’analyse et d’organisation

>Rigueur dans le traitement des données.

Savoir-être :

>Sens du contact et de l’écoute, initiative et goût de la recherche

Profil du.de la candidat.e recherché.e :

>Formation supérieure en musique et musicologie et/ou en valorisation de patrimoines culturels immatériels, et/ou en sciences de l’information ou en humanités numériques appliquées au domaine musical.

>Solide culture générale et méditerranéenne.

Candidature : envoyer une lettre de motivation et un CV avant le 18 avril à :

veronique.ginouves@univ-amu.fr ; christine.esclapez@prism.cnrs.fr ; josephine.simonnot@cnrs.fr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search