À propos

L’objectif de [CO S-A] est de mettre en place une collaboration durable entre PRISM (UMR 7061), la Phonothèque de la MMSH et le CNCM VOCE (Pigna/Corse) afin d’intensifier la réflexion musicologique sur les musiques orales et la pratique actuelle de ces répertoires. Cette collaboration permettra également de valoriser et de maintenir de façon dynamique la proximité culturelle et historique entre la région Sud et la collectivité territoriale de Corse par le développement d’une relation durable sur le partage de fonds d’archives patrimoniales et immatérielles ainsi que les modalités de leur conservation et de leur recréation, tout en favorisant des actions de recherche scientifique. L’objectif est, en effet, de réfléchir de façon collaborative à la question du réemploi (réécritures, recyclage, détournement, réinterprétation, improvisation) de l’archive. En effet, les musiques orales ne sont pas des musiques désuètes ou uniquement réservées aux spécialistes de leur pratique. Nous faisons l’hypothèse que c’est en provoquant des actions hybrides (théoriques et pratiques) et des rencontres, que les pratiques patrimoniales demeurent des pratiques ancrées dans le présent de la création contemporaine dont elles tirent souvent les conditions de leur renouvellement (voir par exemple, Programmation CNCM VOCE ). Si cette hypothèse n’est pas neuve et si de nombreux artistes et chercheurs l’étudient et la pratiquent, elle demande cependant à être théorisée plus précisément et mise en pratique sur un territoire dédié.

La problématique de [CO S-A] est d’interroger les conditions de partage et de vie de ces archives issues de pratiques en perpétuelle évolution et de cultures considérées comme orales, c’est-à-dire souvent catégorisées par opposition à la tradition musicale savante. [CO S-A] fait ainsi l’hypothèse que c’est en provoquant un transfert de compétences (penser de façon étroite les liens entre les savoirs métiers, le culturel et l’artistique mais aussi entre la recherche académique et la recherche appliquée) que l’on pourra réellement penser l’archive (et le patrimoine immatériel) comme une donnée vivante (Ketelaar, 2006 ; Derrida, 1995/2008 ; Russell, 2018), qui ne doit son existence qu’à l’espace fragile entre sa conservation et sa recréation.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search